#StandWithSaudiHeroes: Des ONGs appellent la communauté du Ladies European Tour à soutenir les militant.e.s des libertés emprisonné.e.s en Arabie saoudite 

#StandWithSaudiHeroes: Des ONGs appellent la communauté du Ladies European Tour à soutenir les militant.e.s des libertés emprisonné.e.s en Arabie saoudite 

Paris – Dix-neuf ONGs appellent la communauté du Ladies European Tour à reconsidérer sa participation à la semaine de golf du Ladies European Tour qui doit avoir lieu en Arabie Saoudite et de dénoncer les violences commises par le régime saoudien contre les femmes dans le Royaume sous le slogan #StandWithSaudiHeroes.

Les tournois se dérouleront du 12 au 19 novembre. Ils attirent des téléspectateurs nationaux et internationaux de 55 pays du monde entier qui pourront suivre les joueuses s’affronter pour le titre, tandis que les défenseur-e-s des droits des femmes du Royaume croupissent en prison, sans accès à des recours légaux légitimes. La dotation de 1,5 million de dollars sera versée directement de la part du fonds souverain saoudien, le Public Investment Fund (PIF), présidé par le prince héritier Mohamed Ben Salman. Le PIF saoudien a investi des milliards dans des campagnes visant à blanchir les violations des droits de l’homme, surtout après l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

Dans la lettre rédigée par l’Association Francophone pour les Droits de l’Homme (AFDH), MENA Rights Group et The Freedom Initiative, les ONGs ont déclaré: “Tout en reconnaissant l’importance de ces tournois pour l’histoire du sport et du golf féminin, nous sommes préoccupé.e.s par le fait que l’Arabie saoudite utilise cet événement sportif comme un outil de relations publiques pour redorer son image et camoufler son bilan désastreux en termes de droits humains”.

En 2018, l’Arabie saoudite a mené une campagne nationale de répression contre les militantes saoudiennes qui ont toutes défendu le droit des femmes de conduire et plaidé pour la fin du système discriminatoire de tutelle masculine. À ce jour, Loujain al-Hathloul, Samar Badawi, Nassima al-Sadah, Nouf Abdulaziz et Maya al-Zahrani demeurent emprisonnées. Plusieurs activistes ont affirmé qu’elles avaient été torturées en détention, notamment en recevant des chocs électriques, des coups de fouet, des menaces de nature sexuelle et d’autres mauvais traitements. Si certaines femmes ont été temporairement libérées, beaucoup restent en détention pour leur militantisme.

“Nous exprimons notre préoccupation quant au fait  que ces activistes ne seront pas en mesure d’exercer leur droit à un procès équitable conformément aux normes internationales relatives aux droits humains, que l’Arabie saoudite est tenue de respecter,” ont noté les ONGs.

La sœur de Loujain al-Hathloul, Lina al-Hathloul, a déclaré que le régime en place en Arabie saoudite n’est pas légitime et a expliqué qu’il existe “un mur” entre le pouvoir et le peuple. “Loujain est en prison depuis deux ans et demi. Nous n’avons pas réussi à avoir le moindre contact avec un responsable saoudien. Ils ne veulent pas répondre à nos questions… Loujain et les autres militants n’ont pas été condamnés et aucune date de procès n’a été fixée. Ils ont été torturés. Leur seule accusation est d’avoir été des militants des droits humains”, a-t-elle ajouté.

Les femmes en Arabie Saoudite, y compris les femmes étrangères résidant dans le pays, n’ont aucun pouvoir sur leur propre vie et ne sont pas reconnues légalement comme des êtres humains à part entière. La loi saoudienne interdit la désobéissance au mari ou au tuteur masculin. Les femmes n’ont pas le droit de choisir leur conjoint sans l’approbation d’un tuteur masculin. En outre, les femmes saoudiennes ne peuvent pas transmettre la nationalité à leurs enfants. Les épouses étrangères de citoyens saoudiens ne sont pas autorisées à retourner dans leur pays d’origine sans la permission de leur mari. Malgré la loi sur la violence domestique adoptée par décret royal en 2013, les hommes continuent d’exercer un fort pouvoir sur les femmes et les enfants, laissant nombre d’entre elles.eux dans des relations abusives. En outre, les militant.e.s qui s’expriment sur la situation des droits des femmes et d’autres questions relatives aux droits humains sont souvent arrêté.e.s sur la base d’accusations forgées de toutes pièces, ou victimes de disparition forcée.

Les ONGs ont souligné que si l’Arabie saoudite était sincère au sujet des droits des femmes, elle libérerait immédiatement et sans condition toutes les personnes encore détenues pour avoir défendu pacifiquement les droits humains.

“Nous espérons que l’Arabie saoudite pourra effectivement développer son interaction avec d’autres pays du monde en accueillant des événements sportifs et culturels. Cependant, nous ne pouvons pas ignorer la volonté du régime en place de dissimuler son bilan négatif en matière de droits humains et sa politique discriminatoire à l’égard des femmes en organisant un tournoi sportif féminin”.

Au vu de ce qui précède, les signataires appellent les organisateurs.trices, les joueuses et les diffuseurs officiels du Ladies European Tour à agir immédiatement.

“Exhorter les autorités saoudiennes à abandonner toutes les charges retenues contre les militantes saoudiennes des droits des femmes et de les libérer immédiatement et sans condition. Parce que vous pouvez réellement faire une différence dans la vie de ces militantes et dans leur lutte pour la liberté et l’égalité des sexes, nous vous demandons de contribuer à sensibiliser le grand public et à faire preuve de solidarité en partageant sur les réseaux sociaux des messages de soutien et de solidarité avec le hashtag #StandWithSaudiHeroes”.

  • ALQST for Human Rights
  • Americans for Democracy & Human Rights in Bahrain
  • CIVICUS
  • CODEPINK
  • Equality Now
  • European Center for Democracy and Human Rights
  • Euro-Mediterranean Human Rights Monitor
  • Freedom Forward
  • Freedom Now
  • Geneva Council for Rights and Liberties
  • Gulf Centre for Human Rights
  • HUMENA for Human Rights and Civic Engagement
  • International Service for Human Rights
  • Kurdistan Without Genocide Association (KWG)
  • Le Collectif de Femmes pour les Droits de l’Homme – Paris
  • L’Association Francophone pour les Droits de l’Homme
  • MENA Rights Group
  • The Freedom Initiative
  • Women’s March Global
Fermer le menu