L’annexion de la Cisjordanie transformera les Palestiniens en esclaves modernes d’Israël

L’annexion de la Cisjordanie transformera les Palestiniens en esclaves modernes d’Israël

Paris – Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé son intention d’annexer une partie de la Cisjordanie occupée. Cependant, le plan d’annexion suscite de vives critiques de la communauté internationale qui le juge comme illégal par le droit international.

Plus de 1000 élus de parlements ont appelé les dirigeants européens, dans une lettre ouverte, à « agir résolument » pour « empêcher » le projet israélien controversé d’annexion de pans de la Cisjordanie occupée. Dans leur lettre, les élus de parlements nationaux et européen expliquent être « profondément préoccupés » par le « précédent » qu’une annexion créerait dans les relations internationales et par « l’impact qu’aura cette annexion sur la vie des Israéliens et Palestiniens ». Au total, 1 080 membres d’assemblées nationales et de parlements d’Allemagne, d’Autriche, de Belgique, de Belgique, du Danemark, d’Espagne, de Finlande, de France, de Grèce, de Hongrie, d’Irlande, d’Islande, d’Italie, du Luxembourg, de Malte, de Norvège, des Pays-Bas, de Pologne, du Portugal, de Roumanie, de Slovaquie, de Slovénie, de Suède, de Suisse et du Royaume-Uni ont signé la lettre.

Ce plan qui s’inscrit dans la logique du « plan de paix » présenté par Donald Trump fin janvier, comprend également la création d’un État palestinien démilitarisé sur un territoire limité et non contigu, et sans Jérusalem-Est pour capitale. Le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui espère obtenir l’approbation de l’administration américaine, doit annoncer à partir du 1er juillet sa stratégie pour mettre en place le plan américain.

Selon le plan de Trump intitulé « De la paix à la prospérité », Washington reconnaîtrait les colonies comme faisant partie d’Israël et que le plan Trump octroierait à Israël la souveraineté sur la vallée du Jourdain. Quelque 30 % de la Cisjordanie reviendrait ainsi officiellement à l’État hébreu. Les palestiniens réclament toujours la souveraineté d’un État palestinien. Depuis des décennies, des centaines de milliers de colons israéliens ont construit des maisons sur le territoire occupé. Les colonies sont situées sur des terres palestiniennes volées et les colons ont bénéficié des avantages des citoyens israéliens. Protégés à chaque étape, ils ont accès à l’électricité et à l’eau israéliennes. Ils ont le droit de voter aux élections, peuvent acquérir une assurance maladie, une sécurité sociale et sont protégés par les soldats israéliens alors que les Palestiniens ne le sont pas.

Le plan reconnaît à Israël le droit d’annexer les colonies qu’il a créées en Cisjordanie occupée. Il octroie ainsi à l’Etat hébreu la souveraineté sur la vallée du Jourdain que réclamait Benyamin Nétanyahou. Les Palestiniens auraient droit à un État, mais sous conditions précises. S’ils acceptent de négocier, la future Palestine sera totalement “démilitarisée” et Israël resterait responsable de la sécurité et du contrôle de l’espace aérien à l’ouest de la Vallée du Jourdain, tandis que le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, serait “désarmé”. Les Palestiniens doivent également reconnaître Israël comme ”État juif”, “rejeter le terrorisme sous toutes ses formes” et renforcer leurs institutions.

Les dirigeants palestiniens et plusieurs rapporteurs spéciaux des Nations Unies ont rejeté le plan en disant qu’il créerait un « apartheid du 21e siècle ». S’opposant au plan, les responsables ont déclaré qu’une annexion unilatérale créerait des droits inégaux pour les Palestiniens sous l’autorité israélienne et compromettrait toute chance de créer un véritable accord de paix avec les Palestiniens.

Le défenseur des droits humains palestinien à Hébron, Issa Amro, a expliqué à l’Association Francophone pour les Droits de l’Homme (AFDH) que les Palestiniens seraient confrontés à des inégalités et des difficultés si le plan était adopté. Dénonçant le plan, Amro a critiqué les dirigeants de la droite israélienne impliqués dans le conflit israélo-palestinien. « Ils ne se soucient pas des Palestiniens. Ce plan signifie plus d’opportunités économiques et de développement pour Israël au détriment des Palestiniens et de leurs droits humains ». Israël poursuit sa campagne d’oppression en légitimant le déplacement forcé des Palestiniens par l’approbation de l’administration de Trump. Amro a révélé à l’AFDH que les dirigeants de la droite israélienne utilisent le soutien de Trump pour obtenir de plus en plus de terres afin de rendre la colonisation israélienne permanente.

Bien que le plan de Netanyahu soit d’annexer 30% du territoire occupé, l’idéologie de droite est de dominer l’ensemble du territoir palestinien. Amro estime que ce plan vise à détruire des infrastructures, de l’économie et de l’identité palestiniennes.

« Les Palestiniens auront moins de droits légaux, de droits politiques et de services ».

Israël privera la Palestine de ses droits. Les noms des rues et des quartiers seront changés de noms arabes palestiniens en noms hébreux israéliens. Leurs terres, leur maison et leurs biens pourraient leur être retirés à tout moment, beaucoup risquent d’être agressés ou tués par des colons, généralement en toute impunité.

« Israël ne veut pas assumer la responsabilité de son occupation et s’en tire avec le racisme, la répression et la ségrégation ».

Alors que l’opposition internationale continue de s’intensifier et que Nétanyahou lutte pour gagner le soutien de Donald Trump et de son administration, il est impératif que les pays du monde entier tiennent Israël pour responsable en lui imposant des sanctions. Tout partisan de l’occupation israélienne n’a clairement aucun respect pour  les droits du peuple palestinien.

Le plan d’annexion risque de créer un apartheid irréversible, menaçant ainsi les droits politiques, sociaux et économiques des Palestiniens. Amro a ajouté :

« Ils seront des esclaves des temps modernes travaillant sur leur terre mais privés du droit de la posséder ou de posséder leurs produits. L’avenir sera sombre et finira par atteindre un point de saturation où il n’y aura pas de paix ».

Les Palestiniens devraient être prêts, grâce à leur résistance non violente et à leurs campagnes de sensibilisation non violentes, à contribuer à mobiliser Israël et la communauté internationale pour assurer la reconnaissance de la Palestine.

Fermer le menu